ci.acetonemagazine.org
Nouvelles recettes

Dîner et film au minibar avec le chef José Andrés

Dîner et film au minibar avec le chef José Andrés


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Dans un nouveau court métrage de vingt minutes partagé avec le directeur éditorial de The Daily Meal Colman Andrews au Madrid Fusion de cette année, le chef moderniste José Andrés montre une partie du travail qui consiste à combiner la science et l'art dans une expérience culinaire incroyable dans son emblématique Washington DC minibar du restaurant. Le film, dont The Daily Meal a un aperçu exclusif, a été conçu pour donner « un aperçu de l'intérieur du minibar de José Andrés, l'une des expériences culinaires les plus innovantes au monde ». En 2012, Andrés a été nommé chef américain de l'année par The Daily Meal.

Cela commence avec Kim, une jeune femme se prélassant dans un bain moussant se préparant pour un dîner avec un jeune homme, le nom du restaurant écrit dans la vapeur sur le miroir. Le couple se retrouve au restaurant où on leur sert des boissons et des amuse-bouches avant de s'asseoir au comptoir de 12 places où ils sont rapidement servis plat après plat, méticuleusement préparés par l'équipe du minibar composée de 22 membres du personnel compétents.

Des photos invitantes de plats comme des mojitos sphérifiés qui ressemblent à de délicats petits raisins en gelée, des boulettes de pâte à barbe à papa et des «œufs d'oursin mélangés avec du dashi, du kombu, du tapioca et de la sauce soja, mélangés, congelés, puis rasés en pétales», donnez aux téléspectateurs un aperçu de ce qui est probablement l'un des meilleurs rendez-vous que vous pourriez avoir, peu importe à quel point votre invité est ennuyeux. Qui a besoin d'une conversation de toute façon, alors que vous venez d'apprendre à souffler la fumée de votre nez en mangeant un petit gâteau de riz ? Bien que nous regardions les invités savourer chaque assiette avec étourdissement, il y a très peu de conversation tout au long du repas, juste de la musique (une bande originale de City of the Sun et d'autres artistes) pour enrichir la soirée.

Parmi les autres préparations filmées de près et personnelles, citons la bombe au foie gras, le fusili au parmesan au pesto et une série de boissons après le dîner au barmini qui porte bien son nom. La soirée se termine par une danse et une apparition du chef Andrés en tant que chauffeur de taxi du couple.

minibar de José Andrés: A Day in the Life a été réalisé par Nate Mook et Alicia Sully de l'équipe de production What Took You So Long. Le chef Andrés apparaît avec d'autres membres de l'équipe du barmini : Ruben Garcia, responsable de la recherche et du développement en tant que Hand Model et Pesto Junkie, Rick Billings en tant que Sweet Chef, Johnny Spero en tant que Talking Chef, David Lorente en tant que The Wizard, et Bevan Bunch et Daniel Taylor comme les patrons du minibar.

Découvrez quelques-unes des créations du cerveau du minibar, dans cet aperçu exclusif du minibar de José Andrés : A Day in the Life.


É par José Andrés

Au fond de Jaleo, le restaurant de tapas espagnol bien connu et populaire de José Andrés, se trouve un autre restaurant-dans-un-restaurant presque caché appelé simplement “é.”é est l'un des “aires de jeux& gastronomiques de José Andrés. #8221 où il ravit les convives avec divers goûts, odeurs et vues grâce à l'utilisation de la gastronomie moléculaire, parmi de nombreuses autres techniques.

é rejoint les rangs des deux autres restaurants phares de José Andrés qui servent des repas de dégustation de type exploratoire : minibar à DC et Saam à Los Angeles. Contrairement au minibar, qui s'inspire de nombreuses cuisines différentes et repousse les limites de l'utilisation de nouvelles techniques modernes, é est résolument plus espagnol, appliquant de nouvelles techniques de cuisson à des ingrédients et des plats espagnols séculaires.

Avec seulement huit places et deux places par nuit, les réservations dans ce petit bar sont tristement célèbres. Il n'y a pas de système de réservation en ligne ni de numéro de téléphone à appeler. Au lieu de cela, toutes les réservations se font simplement par e-mail.

Si vous avez la chance d'obtenir une réservation confirmée, vous recevez en fait un e-mail qui commence par "Félicitations, vous avez réussi !" 8220show” arrivera par la poste quelques jours plus tard.

Ils vous invitent à arriver tôt. Après tout, il s'agit d'une « performance » étroitement orchestrée qui vise à vous faire traverser un voyage de 23 goûts individuels en un peu plus de deux heures. Il y a deux places par soir, une à 5h30 et une à 8h30. Il n'y a pas de place pour l'erreur. Ils doivent terminer le premier spectacle vers 20h15.

Comme nous arrivons tôt (comme ils l'ont demandé), ils nous amènent au bar du Jaleo pour nous détendre quelques minutes le temps qu'ils finissent de s'installer.

Un peu après 5h30, nous sommes emmenés dans l'intérieur profond du restaurant, où nous trouvons une autre porte vitrée.

Bienvenue au spectacle. Votre voyage est sur le point de commencer.

Les sièges à é sont assez intimes. Huit sièges s'enroulent autour d'un bar semi-circulaire, où chaque convive obtient des sièges à l'avant et personnels au premier rang face à la cuisine. Des rangées de catalogues de cartes à l'ancienne bordent un mur, et des œuvres d'art fantaisistes et des bibelots étranges décorent les murs et les étagères.

Le sous-chef Cody Jeffs donne le coup d'envoi du spectacle avec une touche dramatique, en versant de l'azote liquide dans un flacon rempli d'eau de fleur d'oranger. Une flaque de fumée s'élève et se répand sur toute la table.

Cette eau réfrigérée à l'azote liquide est mélangée à du xérès Mazanilla pour créer notre premier “course”, un Cocktail Rebujito ce qui est absolument rafraîchissant et délicieux.
Le chef Cody et un autre sous-chef ont bientôt disposé huit moules en forme de mains de José Andrés.
Ils déposent doucement des boules fantaisistes de Barbe à papa à la truffe, notre deuxième plat, chacun garni de flocons d'or comestibles. Ceci est jumelé à côté Idiazabal “Macaron”, un biscuit tendu et au fromage qui se marie à merveille avec le bonbon cottom.

C'est comme si José Andrés nous servait personnellement de la barbe à papa.

J'aime sincèrement les deux. La barbe à papa à la truffe est enivrante avec une forte saveur de truffe, et les macarons salés et intensément au fromage sont un mariage parfait.

Ensuite, les chefs commencent à disposer des hémisphères parfaitement formés qui ressemblent à des coquilles d'œufs, ont la consistance du chocolat et ont le goût d'amandes.

Ces coquilles froides, vraisemblablement fabriquées à l'aide d'azote liquide (?) sont appelées Coupes d'amandes Nitro, et sont remplis de divers éléments aromatisés aux amandes (comme la mousse) ainsi que d'une généreuse portion de caviar. Le champagne avec lequel ce plat est accompagné fait bien ressortir la noisette des amandes.

Le prochain cours, appelé Pomme “Brazo de Gitano”, me rappelle un cours similaire que j'ai eu à Samm à Los Angeles. Aérienne, presque comme de la mousse de polystyrène, cette bouchée savoureuse associe à merveille les saveurs de la pomme et d'un fromage bleu fort.

Ensuite, nous dégustons une autre bouchée qui semble devoir être sucrée, mais qui est en fait savoureuse. Barquillo est un biscuit de gaufrette roulé traditionnel espagnol.

Ici, les barquillos contiennent une garniture riche et savoureuse à la truffe et aux anchois qui a la consistance d'une crème fouettée. Les saveurs sont absolument fantastiques et notre seule petite bouchée me laisse souhaiter plus.
Le nom ludique “Almejas al Naturel« autre . Ces "palourdes" sans prétention sont en fait remplies de boules sphérifiées de jus de palourdes reconstitué. La bouchée qui en résulte est magnifiquement savoureuse avec des saveurs de palourdes intenses et se marie bien avec le sherry avec lequel elle est associée.

Le prochain cours, Bocata de Bacalao, me rappelle encore le chef Andres’s “Bahn Mi” que j'ai eu à Samm. Bien que le pain frit soit similaire des deux endroits, cette version é est plus espagnole, à base de morue salée, d'aïoli et d'oignons caramélisés. C'est profondément savoureux et assez riche.

Peau de Poulet Croustillant à l'Escabèche se compose d'une peau de poulet croustillante et aplatie, fine comme du papier, garnie d'huîtres de poulet et d'une mousse inspirée des saveurs de l'Escabèche, une marinade acide traditionnellement utilisée dans la cuisine méditerranéenne. Je trouve ce plat savoureux, même si je ne suis pas particulièrement époustouflé par les saveurs comme je l'étais pour les plats précédents.

En quelque sorte pour nettoyer le palais, nous faisons une pause entre les bouchées savoureuses pour savourer une énorme boule de Cava Sangria. C'est amusant, et je suis surpris de voir à quel point il a vraiment le goût du cava. Sachant par expérience, il n'est parfois pas anodin de donner à votre liquide sphérifié le même goût que sous sa forme liquide, surtout lorsqu'il s'agit de vins complexes.
J'ai perdu le compte à ce stade, mais je peux dire que les plats deviennent de plus en plus consistants et ressemblent moins à de petites bouchées.

Notre prochain cours est Artichaut “Purée” à la Vanille. Trois cœurs d'artichaut parfaitement formés se trouvent au centre de ce plat, servis avec une sauce riche à saveur d'artichaut et de la mousse à la vanille. C'est merveilleusement savoureux, même si je ne trouve pas de nouvelles saveurs révolutionnaires.
Il est difficile de prendre des notes pour ce repas, car les choses se passent si vite que vous pourriez manquer quelque chose si votre tête est enfouie dans votre ordinateur portable ou votre téléphone. Par exemple, lors de la préparation du prochain cours, Homard aux Agrumes & Jasmin, les chefs puisent un peu dans la sauce de chaque assiette (voir photo du milieu ci-dessus).

Il n'est là que pour une seconde fugace, et bientôt un succulent morceau de queue de homard est posé sur la jolie lettre qui vient d'être soigneusement dessinée quelques instants auparavant.

Ce morceau juteux de queue de homard est servi avec de la mousse de jasmin et de minuscules morceaux de fruits. Le plat est accompagné d'une bière espagnole ou d'un vin blanc mousseux (selon que les invités optent pour l'accord normal ou le grand accord).

Le plat suivant est l'un de mes préférés de tout le repas. Ragoût de pois chiches au jambon ibérique peut sembler simple, mais la préparation réelle qui entre dans cette soupe est étonnante. La graisse de Jamon iberico est d'abord clarifiée puis émulsionnée avec trois bouillons différents fabriqués avec différents types d'os. Les "pois chiches" que vous voyez sur la photo sont en fait des boules sphérifiées avec une essence intense et crémeuse qui est bien plus qu'un simple pois chiche. Enfin, de petits morceaux de véritable jamon iberico “bacon” parsèment l'assiette, complétant les goûts et les textures merveilleux de cette soupe complexe.

Nous étions en train de racler le fond du bol, essayant d'obtenir chaque dernière goutte de cet élixir savoureux dans notre bouche.

Bryan aime la moelle osseuse et aime donc le prochain plat, Turbot à la moelle osseuse. Le turbot simplement préparé (probablement préparé sous vide) est surmonté de sa peau frite et servi avec des câpres frites. Bryan adore la moelle osseuse panée et frite “tater tots” servie sur le côté. Personnellement, je trouve que c'est trop riche et gras, mais Bryan adore ça.

Le chef Cody sort alors tout un lobe de foie gras recouvert de sel et d'herbes, bien nommé Lobe entier de Foie Gras au Sel.

Il est accompagné de petits cubes de pamplemousse confit, d'un trait de chocolat et d'une légère soupe de clémentines. L'équilibre du foie gras légèrement salé et la douceur des autres composants fonctionnent assez bien.

Le chef Cody nous explique le sens du prochain plat, Secreto de porc ibérique aux calmars. Le “secreto” est une partie particulière “secret” du porc que les bouchers adoraient garder pour eux parce qu'elle était si savoureuse.
Ce joli morceau de jamon ibérique le secreto d'épaule est servi avec une sauce au jus de calamars, à base de calamars à la plancha (sur le grill).

Enfin, c'est l'heure du dessert. Nous sommes assez bourrés à ce stade, et nous nous rendons à peine compte qu'il y a encore tant de choses à venir. . . .
Purée de moelle d'orange La Serena est presque comme un fromage de transition, salé et sucré à la fois. La Serena est un fromage espagnol au lait cru de brebis vieilli 60 jours, fort, crémeux et salé. Il est surmonté d'un drap mousseux plat et amusant et de fleurs fantaisistes.

Flan est une crème anglaise traditionnelle espagnole. Ici, on déguste de minuscules petites tasses de flan aux côtés de glace fruitée pilée.

Le spectacle dramatique se poursuit alors que le chef Cody commence à cuisiner du rhum aux épices pirates (zeste de citron, vanille et cannelle) et du café avec cette flamme bleue électrisante.

C'est presque hypnotisant de regarder la flamme bleue alors que le chef Cody lève et abaisse sa cuillère à plusieurs reprises.

La boisson café-rhum qui en résulte est servie dans un petit verre à expresso à côté Pan Con Chocolat, littéralement “pain au chocolat”. Ici, le pain cuit au sirop simple est recouvert d'une poudre de chocolat au goût de mousse au chocolat glacé râpé servi avec de l'huile d'olive au safran. La combinaison de saveurs fonctionne étonnamment bien.

“Arroz Con Leche”, un pudding de tapioca espagnol traditionnel, se présente dans un petit cône confit en une seule bouchée délicieuse.

Et les desserts s'enchaînent !

Le chef Cody commence à préparer “25 secondes Bizcocho”, un gâteau en forme de cône d'amande qui est cuit au micro-ondes pendant 25 secondes.

Le gâteau est moelleux, pas trop sucré, et fourré d'une crème légère. Ceci est servi avec “Air” Chocolat, une bouchée fantastique de chocolat au sel avec des trous d'aération tout au long de l'intérieur. Cela me rappelle un peu le chocolat britannique appelé “Aero.”

Et enfin, un dessert final délicieusement amusant qui est visuellement énorme, mais ne prend pratiquement pas de place dans l'estomac. Le Papier de cacao à la fraise séchée est extrêmement délicat. Je crois qu'il est principalement fabriqué à partir de sucre, mais cette sculpture mince comme du papier s'effrite et se désintègre rapidement dans votre bouche lorsque vous la mangez.

Je l'adore et je finis toute ma pièce.

Nous terminons le tout avec la boisson signature de José Andrés, son génial gin tonic. J'ai d'abord bu cette boisson à Jaleo à Washington DC. C'est là que j'ai réalisé que j'adorais le gin & tonic. La version d'Andrés utilise le gin Hendrick, le tonique Fever Tree, la lime kaffir, le citron et le genévrier.

C'est une façon parfaite et rafraîchissante de terminer la soirée.

Comme on peut s'y attendre à la fin de n'importe quel spectacle, les "personnages" sortent pour un arc alors que nous applaudissons leur travail acharné.

Il n'est que 20h05, beaucoup de temps avant le prochain spectacle. La plupart des invités partent, mais nous traînons un peu, savourant l'espace, discutant avec le personnel.

J'ai un énorme sourire sur le visage, parce que je me suis tellement amusé toute la soirée.

La nourriture était absolument phénoménale. J'ai adoré les interprétations créatives de José Andrés des classiques espagnols traditionnels. Même s'il prépare des plats similaires chez Samm à Los Angeles, je préfère de loin ce repas à celui-là, peut-être parce que je n'aimais pas autant les plats d'inspiration française chez Samm.

Cela pourrait très bien devenir l'un de mes repas préférés à Las Vegas.

J'aime quand je suis surpris par des combinaisons de saveurs nouvelles et innovantes, et je ne déçois pas. Même si José Andrés dit que c'est plus espagnol et plus conservateur, je le trouve toujours rafraîchissant et différent des menus de dégustation traditionnels d'inspiration française que vous trouvez généralement. De plus, son utilisation et sa maîtrise de la gastronomie moléculaire distinguent toujours sa nourriture de la plupart des repas haut de gamme.

Bien sûr, il est également possible que j'aime davantage les saveurs audacieuses de la cuisine espagnole.

Quelle que soit la raison, j'ai passé un moment merveilleusement mémorable à é et je vous recommande vivement d'essayer d'obtenir une réservation si vous le pouvez. C'est devenu l'un de mes plats préférés à Vegas, et j'ai hâte de l'essayer à nouveau à mon retour. Je sais qu'ils changent le menu tous les trimestres, vous pouvez donc revenir en arrière et (espérons-le) essayer une gamme d'un tout nouvel ensemble de saveurs surprenantes.

Les détails
Les réservations se font uniquement par e-mail à [email protected] jusqu'à trois mois avant la date de votre repas. S'ils indiquent la disponibilité, vous devez remplir et signer un formulaire (plus comme un contrat, vraiment) où vous leur donnez votre numéro de carte de crédit et acceptez quelques conditions. Toute annulation faite moins de 14 jours avant la date du repas entraîne des frais d'annulation de 50 %. Une non-présentation entraîne des frais d'annulation de 100 %.

Le menu dégustation est de 195 $ et n'inclut pas l'alcool ni le pourboire. Il y a deux appariements : l'appariement standard coûte 130 $ et l'appariement premium coûte 300 $ (voir ci-dessous pour les deux listes complètes). Vous pouvez également commander sur la carte des vins (qui vous est offerte sous forme de tablette !) et partagée avec Jaleo.

Mettez définitivement votre nom sur la liste d'attente, car des annulations se produisent. J'ai appelé moins de deux semaines avant mon dîner et j'ai pu réserver des places pour quatre en raison d'une annulation survenue quelques jours plus tard.

Acclamations!

Vous voulez lire plus d'articles sur Vegas ? Consultez le Las Vegas Eating Guide qui comprend des liens vers tous les articles de restaurants de la région de Las Vegas que j'ai écrits.

ACCORDS VIN
Jumelage standard
2008 Agusti Torello Mata Reserva Cava
La Gitana "En Rama" Jerez Hidalgo, Manzanilla (Sherry)
Alvear "Carlos VII" Amontillado Montilla-Morales (Xérès)
Estrella Damm Inedit (Bière)
2002 R. Lopez De Heredia « Vina Gravonia » Rioja (Crianza Blanco)
Inde orientale Solera Jerez NV E. Lustau (Sherry)
2000 Alejandro Fernandez « Dehesa La Granja » Zamora (Tempranillo)
2008 Jorge Ordonez & Co. “Victoria” Malaga (Moscatel)
2004 Gunderloch Nackenheim Rothenberg Trockenbeerenauslese (Riesling)
Ron Crémant (Cocktail rhum chaud et café)
Jose’s Gin & Tonic

Couplage Premium
Krug Grand Cuvée Brut NV Reims
Pasada Pastrana Jerez Hidalgo, Manzanilla (Sherry)
Bodegas Tradicion V.O.R.S. Jerez Oloroso (Xérès)
2009 Txomin Etxaniz Txakoli Getariao Txakolina
2000 R. Lopez De Heredia “Vina Tondonia” Gran Reserva Rioja (Rosé)
Inde orientale Solera Jerez NV E. Lustau (Sherry)
2003 Vega-Sicilia Valbuena 5° Año Ribera del Duero
2004 Gunderloch Nackenheim Rothenberg Trockenbeerenauslese (Riesling)
Ron Crémant (Cocktail rhum chaud et café)
Jose’s Gin & Tonic

e par José Andres
Le cosmopolite (à l'intérieur de Jaleo)
3708, boulevard Las Vegas
S Las Vegas, NV 89109


Fish By José Andrés fait ses débuts à The Cove, Paradise Island

Paradise Island, Bahamas – The Cove, Paradise Island, le complexe balnéaire de luxe d'Atlantis, est heureux d'annoncer l'ouverture de Fish by José Andrés. Le dernier restaurant gastronomique du chef étoilé au Michelin José Andrés est ouvert exclusivement pour le dîner et propose aux clients du complexe et aux habitants une sélection premium de fruits de mer d'origine responsable qui rend hommage de manière créative à la cuisine traditionnelle des Bahamas et à l'océan qui entoure les îles.

Célébré pour ses efforts humanitaires autant que pour ses capacités culinaires, le menu de poisson du chef Andrés sert à souligner l'engagement de The Cove en faveur de l'écologie florissante des Bahamas et de la protection de l'une des ressources naturelles les plus précieuses du pays, l'océan.Le menu de Jose Andres met en évidence les pratiques de pêche durables des Bahamas et comprend un plat signature de poisson-lion local frit simplement préparé - une espèce qui, bien que délicieuse, a gravement endommagé les récifs coralliens des Bahamas.

Le poisson-lion survit, mange et se reproduit toutes les autres espèces marines, ce qui affecte la santé de l'océan. En surpêchant le poisson-lion à l'aide d'une lance, afin de ne pas endommager les systèmes récifaux fragiles, le chef José Andrés, pêcheur et plongeur passionné, s'engage à chasser cette espèce envahissante, afin que les récifs coralliens et la vie marine locale puissent continuer à prospérer. Une partie du coût de ce plat ira directement à la Blue Project Foundation, l'organisation à but non lucratif 501 (c) 3 du complexe dédiée à la sauvegarde des espèces marines et de leurs habitats extraordinaires à travers les Bahamas.

« Tous ceux qui me connaissent savent à quel point j'aime l'océan, qu'il s'agisse de savourer les délices les plus frais des eaux locales ou de faire de la plongée », a déclaré le chef Andrés. « Fish raconte l'histoire de cette chose magnifique et mystérieuse que nous appelons la mer, à travers la nourriture — et mon équipe et moi sommes très heureux de créer cette nouvelle expérience à The Cove. Notre équipe bahamienne est aussi engagée que moi à soutenir les pratiques de pêche durables et la protection des récifs coralliens des Bahamas.

La préparation des plats du menu du restaurant va de simple et savoureuse à innovante et créative et peut être servie sous forme de petites assiettes à partager ou dans le style de plats de plus grand format. Le restaurant met en valeur les fruits de mer les plus frais possibles, tels que la conque locale des Bahamas, servie traditionnellement Conque brûlée ou, avec une touche José, comme Beignets de Conque avec un centre liquide, un peu comme les croquetas espagnoles. Le menu comprend également le célèbre chef Andrés et la vision transformatrice de l'équipe d'autres favoris des Bahamas, tels que les plats locaux. Vivaneau de porc, grillé au feu de bois et servi avec une salade d'endives croustillantes, amandes marcona et radis et pétoncles poêlés, avec des cœurs hawaïens de palmier, de tamarin, de câpres et d'agrumes.

L'étage de feu ouvert de Fish comprend deux fours Josper, dont les températures élevées sont exploitées par les chefs pour des plats tels que huîtres grillées, leur propre version enflammée de Poulet Jerk et de nombreux plats de légumes du menu, tous cuits à une perfection fumée. Le Josper confère également un délicat caramélisé à la Ananas Grillé dessert, servi avec sorbet tamarin et noix de coco. Ou les invités peuvent profiter Paradis du chocolat, avec crème au chocolat épicé, streusel cacao, caramel au fruit de la passion et glace à la meringue.

Pour commencer ou accompagner leur repas, les clients peuvent choisir parmi une gamme de cocktails innovants et artisanaux, notamment Un oiseau dans la main (Rhum Plantation Pineapple, Rhum Appleton Estate Rare Blend, Aperol et Carpano Formula Antica Sweet Vermouth) et Apollon n°2 (Elyx Vodka, St. Germain, Cocchi Americano Blanc Vermouth, citron, gingembre et soda). La vaste carte des vins du restaurant propose des vins produits dans des régions réputées pour les meilleurs fruits de mer au monde, à travers l'Europe et les États-Unis.

La conception de Fish at The Cove, de la société espagnole Capella Garcia, est destinée à donner aux clients l'impression qu'ils plongent dans un monde sous-marin - immergé dans la vie marine, les rochers, le sable et la flore et la faune qui habitent l'océan . Tacheté d'une palette romantique de teintes céruléennes, perlées et azur, la disposition ouverte crée une atmosphère tranquille et de bon goût. L'espace est chic, mais confortable, avec un design moderne et organique.

Lorsque les invités entrent dans l'espace, ils sont accueillis par un salon avec un coin salon ondulant couronné d'une magnifique sculpture lumineuse suspendue cylindrique composée de centaines de poissons en céramique blanche et dorée, tourbillonnant pour accueillir les gens. À droite se trouve le bar, dont la toile de fond rougeoyante dramatique donne l'impression d'une vague bleue géante, invitant les invités à prendre un cocktail rafraîchissant à l'abri de la crête. Dans la salle à manger, un mur entier de baies vitrées relie l'espace aux plages de sable blanc du complexe, au magnifique ciel des Bahamas et à la végétation locale. La salle à manger, baignée de riches teintes océaniques de sarcelle, de sable et de corail, offre aux clients plusieurs options de restauration différentes - allant des banquettes intimes et des cloisons en rotin aux salles à manger privées pour les grandes fêtes qui peuvent être entourées de rideaux en résille pour offrir l'intimité tout en permettant invités à faire partie de l'action du restaurant. La station de grill centrale « fire stage » du restaurant, le bar de fruits de mer crus et plusieurs aquariums présentent les préparations du restaurant directement à la vue des convives, mettant en valeur le meilleur de l'océan environnant.

Des peintures murales photographiques grand format de l'artiste basée aux Bahamas, Elena Kalis, dont les images gracieuses plongent les invités dans un monde sous-marin silencieux et tranquille sont affichées autour de la salle à manger. Le centre de la salle à manger présente un grand poisson koi suspendu qui a été construit à la main avec de délicates bandes de bois entrelacées, par les designers espagnols Inocuo The Sign et LZF Lab.

Niché entre les plages Paradise et Cove, The Cove offre un talent culinaire sans précédent, des chambres luxueuses composées uniquement de suites et une ambiance de bord de mer à couper le souffle qui crée le sentiment d'être jeté dans un sanctuaire privé de sable blanc. The Cove est devenu un incontournable pour les gourmands en vacances qui recherchent une expérience de villégiature qui reflète la culture et la cuisine vibrantes des Bahamas. Les débuts de Fish soulignent l'engagement de la propriété à créer un environnement authentique et axé sur la conservation pour les clients, complété par un design, un style et une sophistication impeccables.

« L'inclusion du savoir-faire du chef Andrés à The Cove offre une opportunité percutante de présenter les éléments exceptionnels des Bahamas », a déclaré Audrey Oswell, présidente et directrice générale d'Atlantis, Paradise Island. « Nous sommes incroyablement fiers d'avoir pu créer des expériences culinaires locales et liées à l'océan pour nos clients, en partenariat avec des visionnaires comme le chef Andrés, qui est non seulement l'un des maîtres cuisiniers les plus talentueux au monde, mais aussi un défenseur de la protection et de la préservation des ressources naturelles de notre pays.

The Cove, le complexe de 600 suites sur Paradise Island, place la barre plus haut parmi les destinations de villégiature distinctives. La propriété ultra-luxueuse est élégamment située entre les plages de Cove et Paradise, dans les 171 acres qui composent Atlantis Paradise Island, créant le sentiment d'être jeté dans un sanctuaire privé de sable blanc. Conçu par le célèbre architecte d'intérieur Jeffrey Beers de Jeffrey Beers International (JBI). The Cove dispose d'un hall en plein air, de suites sensuelles et de super suites, d'un magasin de vente au détail Escape, de restaurants, d'équipements sur mesure et d'un service ciblé livré avec la chaleur bahamienne. Des piscines privées pour adultes et familiales, des cabanes somptueuses et des vues à couper le souffle sur l'océan sont présentées à chaque tournant.

L'Atlantis Blue Project Foundation (ABPF) se consacre à la sauvegarde des espèces marines et de leurs habitats extraordinaires à travers les Bahamas et les mers des Caraïbes environnantes. En finançant la recherche scientifique, les programmes de conservation et les efforts de sensibilisation communautaire, sa mission est de protéger les eaux et sa vaste faune marine, en veillant à ce que les Bahamas restent un refuge pour une myriade d'espèces uniques, rares et menacées pour générations à venir.

Organisation à but non lucratif 501(c)3, la fondation reçoit son financement de la générosité d'Atlantis, des invités de Paradise Island et de leur participation aux interactions et expériences marines du complexe. Depuis sa création, la Blue Project Foundation a financé plus de 5 millions de dollars pour soutenir la conservation et les biologistes marins, aquariophiles, vétérinaires, techniciens de laboratoire et partenaires internationaux et locaux d'Atlantis qui contribuent à ces importants efforts de recherche. Les efforts comprennent, sans s'y limiter : l'élaboration et la mise en œuvre de stratégies de protection et de restauration de l'habitat marin, la conduite de recherches en cours sur les récifs coralliens, la formation de personnes à la recherche et à la gestion des écosystèmes marins, ainsi qu'à l'élevage, le sauvetage, la réhabilitation et la libération de la faune marine, y compris la mer tortues, lamantins et dauphins, en créant des programmes pour sensibiliser le public à l'océan et à ses habitants et en proposant des programmes d'éducation marine aux communautés et aux écoles.


Avis des clients

Évaluer ce produit

Meilleurs avis en Australie

Meilleures critiques d'autres pays

J'ai une énorme collection de livres de cuisine et j'en ai des dizaines qui se concentrent uniquement sur les légumes et beaucoup qui donnent aux légumes le rôle principal avec de la viande à part, ce que je préfère manger.

J'ai eu Vegetables Unleashed de Jose Andres et Matt Goulding pendant quelques jours seulement, mais je l'ai déjà lu d'un bout à l'autre, et je viens de déclarer cette semaine "Semaine espagnole" Une semaine qui peut devenir un mois comme je vais.

Le dîner d'hier soir était fantastique, et j'ai déjà prévu le dîner de ce soir, et j'ai un tas de recettes étiquetées pour le reste de la semaine, et les recettes non étiquetées pour cette semaine sont TOUTES celles que je veux faire ! Honnêtement, je vais sans aucun doute tout cuisiner dans ce livre.

Toutes les recettes ne sont pas influencées par la cuisine espagnole. Andres a proposé des recettes intéressantes telles que les choux de Bruxelles Yakitori, les asperges rôties au miso et le curry de carottes. Tout semble délicieux mais cette semaine, je me concentre sur ceux qui penchent vers l'Espagne. Certaines des autres recettes que je passerai en revue plus tard au fur et à mesure que je travaille sur le livre.

Le livre est divisé en chapitres saisonniers qui sont également divisés en sous-titres de produits. J'ai des réflexions très précises sur la mise en forme (ceux qui ont lu certaines de mes autres critiques de recettes sauront que j'ai souvent quelques choses à dire à ce sujet) je développerai au bas de la critique pour ceux qui sont intéressés par exactement comment ce livre est formaté et les avantages et les inconvénients pour cela. Mais pour ceux qui veulent juste passer directement au bas-bas tout de suite….

Après les chapitres Introduction, What I Believe, The Way I Cook et Getting Dirty (tous des lectures fascinantes), le livre est divisé en saisons et les recettes de produits particulières pour cette saison sont ensuite répertoriées par ordre alphabétique dans chaque chapitre saisonnier.

En plus des types de produits qui sont explorés chaque saison, les chapitres ont également un certain nombre de pages d'articles, soit un voyage (par exemple, mettre en évidence une région), des combattants de la nourriture (présentant un individu) des blocs de construction (par exemple, explorer des restes de légumes ou des piments piquillos). ou olives marinées) Lettres d'amour (par exemple, une ode au miel ou au soffrito) Mini essai (par exemple, Mastering Stock, Impossible Protein)

Les produits présentés sont les suivants, chaque légume ayant jusqu'à 7 recettes avec de nombreuses photos pleine page colorées et appétissantes.

L'ÉTÉ:
Maïs
Concombre
Aubergines
Haricots verts
Poivrons piquillos
Tomates
Pastèque
Courgette
Légumes mélangés

TOMBE
Pommes
Brocoli
Choux de Bruxelles
Choux
Chou-fleur
Légumes-feuilles
Champignons
Légumes mélangés

HIVER
Betteraves
Agrumes
Poireaux
Légumineuses
Kakis
Pommes de terre
Courge d'hiver
Légumes mélangés

Maintenant, pour mes réflexions sur le formatage (n'hésitez pas à sauter ce paragraphe), j'ai toujours été très attaché aux livres de cuisine sur les légumes qui sont divisés en chapitres spécifiques sur les légumes. Si j'ai un surplus de champignons par exemple, je peux aller directement au chapitre sur les champignons et ne pas avoir à basculer entre l'index et les recettes de champignons aléatoires dispersées dans le livre. Les livres de recettes de saison ne sont donc pas mon format préféré. Jose a fait le pas supplémentaire de faire les deux, dans chaque chapitre saisonnier, il a classé les légumes par ordre alphabétique. Il n'y a pas de petit attrait à avoir des tomates et des pastèques et d'autres produits d'été merveilleux côte à côte dans un livre. Cependant, j'aurais préféré que les saisons soient supprimées, car pour faciliter l'utilisation, je veux simplement prendre un livre sur l'étagère et feuilleter un livre par ordre alphabétique pour trouver rapidement le légume que je voulais cuisiner sans faire de va-et-vient de l'index aux recettes éparpillées dans le livre. La façon dont ce livre est présenté (ce qui est mieux que la moyenne), vous devrez aller au chapitre de la saison spécifique, puis feuilleter ce chapitre particulier par ordre alphabétique jusqu'à trouver le légume de votre choix. Mais le format de ce livre vous oblige à savoir si Ail serait au printemps ou en été par exemple. Si vous n'étiez pas sûr, vous n'auriez qu'à utiliser l'index de toute façon. Bien qu'une fois que vous l'avez fait, dans ce livre, les recettes mettant en vedette ce légume seraient toutes au même endroit, vous ne pourrez peut-être pas éviter d'utiliser l'index pour les trouver, ce qui n'est pas si bon lorsque vous êtes au milieu d'une frénésie culinaire et que vous pensez soudainement J'AI BESOIN d'une recette de fenouil gratuite, comme en ce moment !
Le format actuel aurait pu être plus facile à parcourir si chaque chapitre saisonnier avait un en-tête codé par couleur allant au bord de chaque page afin que vous puissiez voir rapidement où chaque saison commence et se termine, afin que vous puissiez vérifier plus rapidement chaque chapitre sous G pour L'ail par exemple. Mais idéalement, les légumes seraient simplement alphabétiques. Mais avec la taille de ma collection de livres de recettes, j'ai passé beaucoup de temps à réfléchir à des choses telles que j'essaie de parcourir 30 livres tous formatés différemment en essayant de trouver la recette de champignons parfaite pour le dîner de ce soir.

Ok (délire) mis à part, j'aime la grande variété de produits présentés dans ce livre et toutes les recettes semblent merveilleuses, donc je peux excuser le fait qu'il n'est pas parfaitement formaté.

J'aime me concentrer sur une seule région ou parfois même un seul livre de cuisine ou un seul livre de chefs chaque semaine, car je trouve que cela me permet de m'immerger dans une culture culinaire ou l'œuvre d'un chef pendant 7 jours sans me lasser d'un objectif aussi étroit , et en particulier lorsque je me concentre sur une région en particulier, cela me donne l'avantage d'utiliser les restes pour ajouter au prochain repas et d'ajouter quelques plats supplémentaires chaque soir. Cela me donne le moins de restes et signifie que tous les ingrédients que j'achète spécifiquement pour cette semaine ne languira pas dans le réfrigérateur car ils ne vont pas avec la cuisine du lendemain. Avoir des restes d'accompagnement signifie que la nuit suivante, je peux me concentrer sur un ou deux plats chaque soir, mais me retrouver avec trois ou quatre plats sur la table. La cuisine espagnole se prête particulièrement bien à ce style de cuisine car les restes de plats fournissent des tapas pour le repas du lendemain.

Quoi qu'il en soit, la philosophie de la cuisine mise à part, hier soir, j'ai préparé le chou-fleur à la romana de Jose avec de la mayonnaise aux câpres et aussi ses pois mange-tout à la Etxebarri. Oh mon Dieu, la mayonnaise aux câpres était merveilleuse! Et cela de la part de quelqu'un qui a fait de la mayonnaise à partir de zéro depuis l'enfance en utilisant la recette de mayonnaise célèbre de la famille de nos grands-mères ! Mais la mayonnaise aux câpres de Jose est autre chose (excuses à ma grand-mère) REMARQUE : les ratios sont cependant incorrects. 1,5 tasse d'huile, c'est beaucoup trop. En suivant la recette, ma mayo était extrêmement épaisse avec seulement 1 tasse d'huile. Jose dit qu'il ne devrait pas être trop épais, mais avec seulement 1 tasse, il était peut-être trop épais.
La préparation du chou-fleur était intéressante. Tremper dans la farine puis l'oeuf battu puis faire frire. L'enrobage ressemblait plus à une pâte molle qu'à un enrobage croustillant, mais c'était bon, mais peut-être que je travaillerais pour les rendre un peu plus croustillants la prochaine fois. Mais cette mayonnaise aux câpres était le clou du spectacle pour moi avec les notes d'ajustement ci-dessus.

En ce qui concerne les pois mange-tout poêlés, je les ai déjà faits de cette façon et ils sont délicieux aussi simples qu'ils le sont, mais en cherchant un moyen de les fermer un peu, je les ai mélangés avec du paprika doux et du jus de citron après les avoir cuits. Rien de mal avec les pois mange-tout poêlés et servis nature, comme José les a écrits, mais je voulais leur présenter quelques assaisonnements espagnols pour ce repas. Je l'ai servi avec un simple filet de porc poêlé assaisonné de paprika fumé doux, de graines de moutarde, de graines de carvi grillées et moulues et d'origan (recette de La Vera dans Spice Companion de Lior Lev Sercarz) et de pommes de terre écrasées parfumées à la baie d'ail arrosées d'huile d'olive.
Ce soir, je prépare la salade de concombre écrasé de Jose et ses champignons marinés et quelques simples côtelettes d'agneau cuites sur le gril (il faudra peut-être utiliser à nouveau ce mélange d'épices La Vera pour eux)
Plus tard dans la semaine, je prévois également de préparer la soupe de courgettes, les épinards à la catalane, les choux de Bruxelles Afelia, la crème de poireaux, les patatas bravas et une salade verte pour utiliser le reste de cette merveilleuse mayo aux câpres et qui sait quoi d'autre je vais juste devoir sortir de ce livre à la dernière minute. Pour les protéines, je vais faire des fruits de mer simples, du poulet, du chorizo ​​sur le grill. Les légumes de Jose sont les stars ici, donc je me concentrerai sur eux.

MISE À JOUR DE L'EXAMEN :
-J'ajoute à cette critique pendant que je cuisine à travers le livre. Aujourd'hui, j'ai fait la soupe de courgettes. Comme vous pouvez le voir sur ma photo, il s'est avéré plus vert que l'image du livre. J'ai épluché les courgettes, mais la chair était assez verte directement sous la peau. Pour enlever la couleur, vous devrez peler une grande partie du légume ou utiliser des courges d'été. Je pensais que la couleur verte était jolie de toute façon. C'est la recette de la femme de Jose. Elle utilise des cubes Knorr mais Jose a été horrifié de découvrir cela et ne les a pas inclus. Mais j'ai pensé que la saveur avait besoin d'un coup de pouce, alors j'ai utilisé 1,5 cuillère à café de légumes Better Than Bouillion (du poulet pourrait également être utilisé). En plus de cela, cela nécessitait beaucoup de sel. Je crois que j'ai fini par ajouter environ 2 cuillères à café au total, peut-être que c'était 2,5. J'ai perdu le compte. Belle soupe au goût délicat et à la texture épaisse. Je referais.

-J'ai fait la salade de concombre avec du paprika et de l'huile d'olive Cependant, le sel était répertorié comme 2 To pour deux concombres et c'était sans aucun doute une erreur. J'ai utilisé 2 cuillères à café et la salinité était parfaite (et j'aime beaucoup de sel), donc je suis un peu inquiet maintenant, après avoir cuisiné à partir de ce livre, que deux des recettes jusqu'à présent n'étaient pas en termes de quantité. C'est bien si vous êtes un cuisinier expérimenté, mais pour les moins expérimentés, je continuerai à publier toutes les modifications que je trouverai au fur et à mesure que je progresse dans ce livre.

-Les champignons marinés étaient très bons et des instructions sont données pour faire d'autres légumes de la même manière. J'ai ajouté des olives Castelvetrano à mes champignons. Miam!

- Faire les poireaux à la crème. J'avais besoin de les faire cuire beaucoup plus longtemps que les 25 minutes indiquées par Jose. J'ai également réduit la quantité de crème car il y aurait eu trop de liquide et je voulais que la crème se réduise à la « sauce soyeuse et épaissie » décrit José.
Nous avons adoré la richesse et la profondeur de la saveur mais à mon avis, les 2 tasses de crème seraient beaucoup trop pour les 4-6 poireaux et auraient pris beaucoup trop de temps à réduire.

-Fabriqué le Beet Poke Bowl (sur une assiette ovale - voir ma photo) J'ai adoré et je le referais! Cela n'a rien changé mais a également saisi un steak de thon enrobé de graines de sésame noires et blanches (excusez la photo, le thon cuit un peu trop longtemps à la demande de mon mari) pour faire un repas complet avec le Poke et les choux de Bruxelles Yakitori ( ceux-ci avaient besoin d'une giclée de jus de citron vert à mon avis pour les égayer un peu, et j'ai oublié de les photographier) Repas délicieux et sain. Le lendemain soir, j'ai encore servi le tout avec des cuisses de poulet grillées marinées. Ma seule question est pourquoi Andres a-t-il suggéré de servir le Poke avec une salade d'algues achetée en magasin ? J'ai cherché comment le faire et cela semble assez simple, j'ai donc les ingrédients maintenant et je vais essayer de le faire moi-même (je vous ferai savoir comment ça se passe)

Vous ne pouvez pas vous tromper lorsque vous avez de très bons livres sur les légumes dans votre bibliothèque. Tout repas est une occasion, même si la protéine est un morceau de poisson simple et rapide.

Je viens d'acheter le livre d'Andres Tapas et je regarde maintenant son livre Made in Spain.

Je ne peux pas terminer cette critique sans donner un énorme coup de pouce au co-auteur Matt Goulding ! Son style d'écriture drôle m'a valu plus que quelques rires. Son commentaire sec est un merveilleux contrepoint aux imaginations folles de Jose et les deux se rebondissent de manière hilarante. Comme lorsque José a déclaré que le lait était un légume parce que les vaches mangent de l'herbe. Matt a souligné que par cette logique, la viande serait aussi un légume. Pour ne pas se laisser décourager, José a déclaré que les cigares étaient un légume. L'esprit est ahurissant en pensant aux recettes qui auraient pu être incluses dans ce livre si Matt Goulding n'était pas impliqué. José, je suis d'accord avec Matt. Personne ne veut manger de pastèque chaude, alors je suis reconnaissant que l'on se soit fait baiser. J'ai déjà ajouté des livres Matts à ma liste de souhaits Amazon. Surtout, j'ai hâte d'avoir son raisin, ses olives, son cochon et ses voyages profonds à travers la culture culinaire espagnole.

Si vous êtes arrivé à la fin de cette critique, vous devez évidemment acheter ce livre ! Vous pouvez également accéder à mon profil pour lire mes autres critiques de livres de cuisine. Vous pouvez également me suivre pour être averti lorsque je publie un autre avis.

Peut-être auriez-vous aussi la gentillesse de cliquer sur le bouton utile ? Je passe beaucoup de temps sur mes critiques dans l'espoir d'aider les clients partageant les mêmes idées (bonjour!) J'examine et compare également beaucoup d'ustensiles de cuisine. Pas du genre à avoir des produits inutiles dans ma cuisine, je suis tout à fait prêt à acheter 9 zesteurs de citron et à les comparer tous et à les mettre dans une liste Amazon sur mon profil et à revoir chacun avec des photos. C'est amusant pour moi. Un peu bizarre j'avoue. Si je vois que cette folie complète a aidé quelqu'un, ça fait ma journée :)


Chef José Andrés, star de PBS Vivian Howard honorée par les professionnels de la cuisine


Le chef-restaurateur José Andrés, vu ici après avoir reçu la Médaille nationale des sciences humaines du président Obama l'année dernière, a reçu ce week-end un prix pour l'ensemble de ses réalisations de l'Association internationale des professionnels de la cuisine. (Carolyn Kaster/Presse associée)

L'Association internationale des professionnels de la cuisine a annoncé les gagnants de ses prix annuels dimanche soir à Louisville.

Le chef-restaurateur José Andrés a reçu le prix d'excellence pour l'ensemble de ses réalisations. Le natif d'Espagne est à l'origine de restaurants de Washington tels que Jaleo, Oyamel et Minibar et est l'auteur de plusieurs livres de cuisine. Il s'est récemment exprimé ouvertement sur les questions d'immigration et a fait les gros titres de sa querelle juridique en cours avec le président Trump au sujet d'un restaurant avorté à l'hôtel Trump International à Washington.

Le livre de 1994 de l'auteur de Washington, Joan Nathan, "Jewish Cooking in America" ​​a été nommé un classique culinaire. La catégorie reconnaît « les œuvres qui ont considérablement modifié notre façon de penser la nourriture et qui ont contribué au domaine de la littérature culinaire ». Les autres livres reconnus étaient « Authentic Mexican » de Rick Bayless (1987) « The Cake Bible » de Rose Levy Beranbaum (1998) « How America Eats » de Clementine Paddleford (1960) et « Spoonbread and Strawberry Wine » de Norma Jean Darden et Carole Darden (1978).

Deux rédacteurs du Post ont été nominés pour des prix d'écriture culinaire : le chroniqueur sur la bière Fritz Hahn pour la rubrique axée sur les boissons et le chroniqueur de Smoke Signals Jim Shahin pour la rubrique axée sur la nourriture. Les prix dans ces catégories ont été décernés aux écrivains du New York Times Eric Asimov et au nouvel animateur de "Splendid Table" Francis Lam, qui jusqu'à récemment écrivait une chronique pour le New York Times Magazine. Le Times a également été nommé publication de l'année.

Dans les médias numériques, IACP a nommé Epicurious meilleur blog de groupe culinaire de l'année. Lucky Peach a remporté le prix du meilleur site Web culinaire.

"Deep Run Roots" de Vivian Howard a été l'un des grands gagnants des prix annuels de l'IACP. (Petit, Marron)

La chef-restauratrice de Caroline du Nord Vivian Howard, qui joue dans la série PBS "A Chef's Life", a balayé quatre catégories avec son premier livre de cuisine, "Deep Run Roots: Stories and Recipes from My Corner of the South". Il a été nommé livre de cuisine de l'année et a remporté les catégories premier livre chef/restaurant, général et Julia Child.

L'IACP, fondée en 1978, comprend des membres de diverses disciplines de l'industrie alimentaire, notamment des chefs, des restaurateurs, des écrivains et des producteurs. En plus de sa conférence annuelle et de ses prix, l'organisation offre un soutien professionnel sous forme de réseautage, une série de conférences et d'autres ressources.


Soutenir le journalisme local

Les lecteurs d'Aspen et de Snowmass Village rendent possible le travail d'Aspen Times. Votre contribution financière soutient nos efforts pour offrir un journalisme de qualité et pertinent au niveau local.

Plus que jamais, votre soutien est essentiel pour nous aider à tenir notre communauté informée de l'évolution de la pandémie de coronavirus et de son impact au niveau local. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fera une différence.

Chaque don sera utilisé exclusivement pour le développement et la création d'une couverture médiatique accrue.

Faire un don Pour les dons déductibles des impôts, cliquez ici.

Entamez un dialogue, restez sur le sujet et soyez courtois.
Si vous ne respectez pas les règles, votre commentaire peut être supprimé.


C'est ce qu'elle a nourri

Demain, That's What She Fed rejoindra la guilde exclusive des personnes ayant mangé au minibar. Pour ceux d'entre vous qui ne le savent pas, le minibar est le bar à 6 places avant-gardiste du chef Jose Andres, où vous pourrez regarder les chefs servir de la nourriture sous forme d'art dans une trentaine de petits plats : dîner-théâtre. Le minibar est sans aucun doute en tête de liste de tous les amateurs de cuisine de DC. C'est sur Pas de réservations comment ça pourrait ne pas être bon ?

Comme tout le monde à Washington le sait, le minibar est l'une des réservations les plus difficiles à obtenir. Ils ne peuvent accueillir que 12 personnes par nuit et prennent les réservations exactement un mois à l'avance. Il est probablement plus facile de se promener dans la Maison Blanche, de dîner et de continuer De vraies femmes au foyer de DC que d'obtenir un tabouret dans le minibar de Jose Andre.

Je voulais faire un geste solide et marquer une réservation pour l'anniversaire de l'autre blogueur (c'était dimanche). J'ai commencé à appeler un mois et une semaine avant l'anniversaire de mon homologue, après deux jours d'appel rapide à 10 heures du matin, d'écoute d'une tonalité d'occupation / musique d'attente pendant 20 minutes et d'être placé sur une liste d'attente, j'ai rapidement réalisé que j'étais en sur ma tête et j'ai décidé d'abandonner tout espoir d'une surprise d'anniversaire et de lui parler de mon plan pour qu'elle puisse participer.

Après 6 jours d'appels, le minibar était à la hauteur de sa réputation de difficile. La dame qui répond au téléphone est très gentille. Elle a reconnu mon nom et offrirait des conseils et des encouragements. Elle semblait vraiment triste à chaque fois qu'elle me mettait sur la liste d'attente (mais elle l'a plus probablement truqué à mon avantage, ce ne serait pas la première fois). Son meilleur conseil était d'appeler le dimanche 28 février. Pourquoi ce jour est-il si important ? Parce que mars a 31 jours, ce qui signifie que le 28 février, ils prennent 3 jours de réservation pour les 28, 30 et 31 mars (le 29 est un lundi et ils sont fermés le lundi). Cela a triplé nos chances d'obtenir des réservations. Donc, si vous essayez d'obtenir une réservation, vous aurez peut-être un peu plus de chance le dernier jour de février, avril, juin, septembre et novembre.

Effectivement, dimanche, nous avons eu de la chance. Au lieu de la chanson thème / musique d'attente agaçante et entraînante du Café Atlantico, il y avait une vraie sonnerie. Succès! Nous étions ravis (bien que la réservation soit intervenue après son anniversaire, elle a pu me prendre un autre repas). La réalité de la situation n'est apparue que quelques jours plus tard, lorsqu'ils ont envoyé un e-mail de confirmation contenant un CONTRAT à signer. Qui a déjà entendu parler de signer un contrat pour une réservation de dîner ? Ils ne plaisantent pas. Je ne suis pas un expert en droit de l'alimentation, mais j'ai vu suffisamment de lois et d'ordres pour considérer que le document est à la hauteur de la légalité.

Un mois, c'est long à attendre pour une soirée au restaurant. Faire cette réservation, c'était comme amener Kelly Kapowski à aller au bal avec moi. La nuit peut être soit l'une des meilleures de ma vie, soit (je crains plus probablement) une déception. Comment peut-il être à la hauteur des attentes ? Nous avons passé un mois à examiner tous les liens que Google pouvait produire sur le minibar. De l'avis de tous, c'est la combinaison ultime de nourriture de haute qualité et de sens du spectacle du chef. Je ne suis pas allé au dîner-théâtre depuis Medieval Times en troisième année et c'était assez génial. Je suis convaincu que le minibar ne vous décevra pas.

Vérifier C'est ce qu'elle nourrit va au minibar: Partie 2 plus tard cette semaine.


Netflix And Grill - Dîner et spectacle

Netflix et grillades est une série associant émissions et films à venir sur la plateforme de streaming, avec des recettes pour améliorer votre plaisir de visionnage.

Cuisiner un repas à thème pour faire une soirée de votre Netflix la visualisation est devenue de plus en plus populaire à mesure que les gens cochent les semaines et les mois de verrouillage. C'est une façon amusante d'essayer différentes recettes et de les associer à une émission qui donne à votre soirée l'impression d'être un peu plus «dîner-spectacle».


« Sans empathie, rien ne fonctionne. » Le chef José Andrés veut nourrir le monde pendant la pandémie

Peu de gens prenaient l'avion aux États-Unis le 12 mars, et encore moins se dirigeaient vers le Grande princesse bateau de croisière. COVID-19 a été découvert parmi les 2 400 passagers du navire après son départ d'Hawaï, rendant le navire à peu près aussi populaire que le Flying Dutchman le Grande princesse a dû flâner au large de la côte californienne pendant des jours avant d'être autorisé à accoster.

Mais voici José Andrés, descendant un pont aérien à Newark, N.J., pour un vol à 6h30 du matin vers San Francisco. Son gilet beige à nombreuses poches et sa casquette assortie dégagent une ambiance vaguement pêcheur, mais quiconque a placé Andrés&mdashhe&rsquos un célèbre chef&mdash pourrait également reconnaître l'équipement dans lequel il se transforme lorsqu'il se précipite sur les lieux du désastre. Le vol était long, et il y avait beaucoup de temps pour contempler les dimensions de la catastrophe qui s'étendait déjà silencieusement à travers le pays ci-dessous.

"J'ai l'impression que si quelque chose de majeur se produit, l'Amérique que nous voyons depuis cette fenêtre" dit-il, s'arrêtant alors qu'il regarde les montagnes Rocheuses. Il avait mentionné les pénuries de masques chirurgicaux et de tests de coronavirus, et laissait maintenant la prochaine pensée sous silence. &ldquoC'est comme un film, mec. Peut-être que nous réagissons de manière excessive. Mais c'est OK réagir de manière excessive dans ce cas.&rdquo

Andrés&rsquo, une organisation caritative en pleine expansion, World Central Kitchen, est aussi préparée que quiconque à ce moment de crise mondiale sans précédent. L'association met en place des cuisines de campagne pour nourrir des milliers de personnes des repas frais, nourrissants et souvent chauds dès que possible sur les lieux d'un ouragan, d'un tremblement de terre, d'une tornade ou d'une inondation. En tant qu'urgence mondiale de santé publique, COVID-19 n'a pas été limité à un seul endroit. Mais il pulvérise l'économie à mesure qu'il roule à travers le monde, et les gens ont besoin d'argent pour manger. World Central Kitchen distribue déjà des repas dans les quartiers à faible revenu des grandes villes comme New York et surveille le monde pour détecter les pénuries alimentaires ailleurs, certaines étant certainement aiguës.

En attendant, Andréeacutes est une leçon de leadership en situation de crise. Dans une catastrophe dans laquelle la réponse du gouvernement américain a été lente, confuse et incertaine, sa cuisine modélise le comportement&mdashnimble, confiant, proactif&mdashle grand public a besoin en cas de crise (et, jusqu'à présent, l'a fourni de manière plus fiable que le gouvernement fédéral) . Prendre en compte Grande princesse. Le président Donald Trump a clairement indiqué qu'il aurait préféré que des personnes restent à bord du navire afin que les passagers infectés n'augmentent pas le nombre de cas qu'il semblait considérer comme un tableau de bord personnel (&ldquoJ'aime que les chiffres soient là où ils sont»). Puis, quelques respirations plus tard, le président a déclaré qu'il s'en remettait aux experts, ce qui a facilité la vie des passagers et de l'équipage en quarantaine qui ont débarqué, quelques centaines à la fois, sur une semaine, mais plus difficile pour les Américains à la recherche du clair et sans ambiguïté. instruction si essentielle à la santé publique. &ldquoNous avons un président plus inquiet de la chute de Wall Street,&rdquo dit Andrés, &ldquothan à propos du virus lui-même.&rdquo

Au port d'Oakland, où le Grande princesse enfin amarrée, l'équipe d'Andrés&rsquo a fait sa propre déclaration. Installant une tente sur le côté du navire, il transportait des repas frais non seulement pour les passagers mis en quarantaine mais aussi pour l'équipage. &ldquoLorsque nous entendons parler d'une tragédie, nous sommes tous bloqués sur &lsquoQuelle&rsquos la meilleure façon d'aider ?&rsquo&rdquo le dramaturge et producteur Lin-Manuel Miranda, qui s'est connecté pour la première fois à Andrés en 2017 lors des efforts de secours de l'ouragan Maria, a déclaré à TIME. &ldquoIl se dépêche de venir et descend là-bas.&rdquo

Andrés, à 50 ans, est charismatique, impulsif, amusant, direct et déterminé, un idéaliste qui en nourrit des milliers et un compétiteur qui vous fera sortir de la voie sur le terrain de basket. Il fait également partie des cuisiniers américains les plus connus. Son ThinkFoodGroup de plus de 30 restaurants comprend des emplacements à Washington, D.C. Floride Californie New York et cinq autres États et aux Bahamas. Ils couvrent toute la gamme des plats d'avant-garde à une aire de restauration que le New York Fois Le critique de restaurants a qualifié le meilleur nouvel établissement de New York en 2019. Mais ces dernières années, Andréa, un immigrant espagnol, a attiré davantage l'attention avec son travail humanitaire. World Central Kitchen a préparé près de 4 millions de repas pour les habitants de Porto Rico à la suite de la dévastation causée par Maria (il a intitulé son livre le plus vendu à ce sujet Nous avons nourri une île). L'organisation a lancé des missions d'alimentation dans 13 pays, servant quelque 15 millions de repas et rassemblant plus de 45 000 bénévoles. Andrés a été nominé pour le prix Nobel de la paix 2019.

À son arrivée dans la région de la baie, il a téléphoné à Nate Mook, directeur exécutif de World Central Kitchen & rsquos, pour discuter d'un partenariat potentiel avec Panera Bread pour distribuer des repas. Il a mis un masque et a visité la cuisine que son organisation avait installée à l'Université de San Francisco, où plusieurs dizaines de travailleurs ont préparé du jambalaya et des salades pour les passagers en quarantaine. Il a remercié ses travailleurs, dont beaucoup sont des vétérans des efforts d'alimentation passés, mais a noté les risques de surpeuplement d'une cuisine de secours à l'ère de COVID-19. "Moins de gens, c'est mieux", a-t-il déclaré à un membre du personnel de World Central Kitchen. &ldquoSi non, nous allons tomber comme des mouches.&rdquo

Prochaine étape : le bateau de croisière, pour distribuer les repas. Lors du trajet sur le Bay Bridge jusqu'à Oakland, Andréacutes était déjà en train de surmonter la tâche à accomplir, alors qu'il parlait à Mook du financement d'un programme d'alimentation de masse. &ldquoCela va être quelque chose dont on se souviendra dans les livres d'histoire,», dit-il. &ldquoCela va être au-delà du 11 septembre, au-delà de Katrina. Voir grand. Parce que chaque fois que nous voyons grand, nous livrons. Et l'argent apparaît toujours. Plus tard dans la soirée, Andréa et son équipe se sont réunis avec les dirigeants d'une entreprise basée à Oakland, Revolution Foods, qui ont des contrats pour cuisiner et livrer des repas scolaires : ils ont continué à fonctionner pendant l'urgence COVID-19. Andréacutes a exhorté le PDG et le chef de cuisine de l'entreprise à isoler les cuisiniers afin qu'ils évitent les infections. Il les a entraînés à forger des partenariats : avec les restaurants commandés fermés, a noté Andréacutes, de nombreux cuisiniers seront bientôt sans travail et désireux d'aider.

&ldquoMes amis,&rdquo Andrés a dit à son personnel, &ldquo c'est peut-être la raison pour laquelle World Central Kitchen a été créé.&rdquo

C'est pendant l'ouragan Maria qu'Andréacutes a appris à contourner la bureaucratie gouvernementale pour combler un vide de leadership et nourrir les masses. D'un organisme à but non lucratif de niche soutenant des initiatives d'alimentation durable et de cuisine propre dans des pays sous-développés comme Haïti, World Central Kitchen est devenu le premier intervenant le plus important au monde pour l'alimentation. À certains égards, le visage des secours mondiaux en cas de catastrophe est un homme costaud qui aime crier &ldquoBoom!» lorsqu'il entend quelque chose qu'il aime, et se penche contre le vôtre lorsqu'il veut faire valoir un point. Andréacutes et ses agents de terrain affluent vers les sites sinistrés du monde entier, faisant souvent partie des premiers reporters sur les réseaux sociaux sur le terrain. Ils se sont déployés contre des incendies de forêt en Californie, un tremblement de terre en Albanie, une éruption volcanique au Guatemala.

Lorsque l'ouragan Dorian a touché terre aux Bahamas en septembre dernier, World Central Kitchen a réquisitionné des hélicoptères et des hydravions pour transporter des repas vers les îles Abaco, qui gisaient en ruines. &ldquoEn fin de compte, nous avons apporté l'espoir aussi vite que quiconque ne l'a jamais fait,&rdquo dit Andrés. &ldquoPersonne ne m'a dit que j'étais en charge de nourrir les Bahamas. J'ai dit que j'étais en charge de nourrir les Bahamas. Cette année, les employés de World Central Kitchen se sont rendus en Australie pour aider les résidents touchés par les feux de brousse, et au Tennessee après que les tornades dans la région de Nashville ont tué au moins 25 personnes.

Il n'a pas été pris au dépourvu par le coronavirus. En février, World Central Kitchen a transporté de la nourriture sur un autre navire de croisière Princess infecté, le Princesse de diamant, amarré au large de Yokohama, au Japon. Le chef des opérations sur le terrain, Sam Bloch, s'était envolé de la mission des feux de brousse en Australie pour se rendre à Los Angeles et s'était réorienté à travers le Pacifique. Le 15 mars, alors que les États ordonnaient la fermeture des espaces publics, Andrés a annoncé la conversion de cinq de ses restaurants de la région de Washington et de son point de vente à New York en cuisines communautaires. Au 25 mars, World Central Kitchen a travaillé avec des partenaires pour coordonner la livraison, via 160 points de distribution, de plus de 150 000 repas frais emballés et sûrs pour les familles de New York City Washington, DC Little Rock, Ark. Oakland New Orleans Los Angeles Miami Boston et Madrid. À travers le pays, la carte en ligne de l'organisation & ldquoChefs for America & rdquo identifie 346 restaurants et 567 districts scolaires fournissant des repas.Les 23 et 24 mars, Andrés a parcouru D.C. pour distribuer plus de 13 000 masques respiratoires N95, laissés par les précédentes opérations d'alimentation de la croisière World Central Kitchen, aux agents de santé qui combattent le COVID-19 en première ligne.

&ldquoNous devons nous assurer que nous construisons des murs plus courts et des tables plus longues&rdquo, &rdquo Andrés aime à dire, rendant explicite sa différence avec Trump. Il s'est retiré d'un accord de restaurant à l'hôtel Trump & rsquos DC après que le candidat a annoncé sa campagne en qualifiant les Mexicains de & ldquorapistes. & rdquo (La Trump Organization a poursuivi ThinkFoodGroup en justice et l'affaire a été réglée.) Lors de la fermeture du gouvernement au début de 2019, World Central Kitchen et les partenaires ont préparé 300 000 repas pour les travailleurs fédéraux en congé vivant de chèque de paie en chèque de paie. Dans un avion à destination de Las Vegas récemment, m'a dit Andréa, un partisan de Trump lui a dit que même s'il savait que le chef n'aimait pas "mon garçon", il considérait toujours André comme un bon gars.

&ldquoCe que nous&rsquoavons pu faire»,&rdquo dit Andrés,&ldquois arme l'empathie. Sans empathie, rien ne fonctionne.&rdquo

Andréacutès a grandi dans le nord de l'Espagne, fils d'infirmières. La cuisine était toujours séduisante. &ldquoLe toucher, la transformation des choses, les odeurs, les goûts, ça rapproche les gens,&rdquo Andrés dit. &ldquoJ'adore l'argile. J'aime le feu. Peut-être que je suis un parent éloigné de Prométhée. » Il aime raconter une histoire : quand il était petit, il voulait toujours remuer la paëlla, mais son père ne le laissait pas cuisiner. Il a d'abord dû apprendre à maîtriser le feu.

Après une école de cuisine à Barcelone et un passage dans la marine espagnole pour cuisiner pour un amiral, Andréeacutes est arrivé à New York en 1991 en tant que chef de 21 ans avec 50 $ en poche. Il a déménagé à Washington quelques années plus tard pour aider à démarrer un restaurant à thème espagnol, Jaleo, et a contribué à populariser les tapas aux États-Unis. Le succès lui a donné la liberté d'ouvrir plus de restaurants et d'expérimenter de nouveaux plats. En 2016, le minibar, à D.C., qui propose un menu dégustation de quelques dizaines de petits plats, a obtenu le très convoité deux étoiles Michelin. &ldquoIl&rsquo est probablement le chef le plus créatif du monde aujourd'hui,&rdquo déclare le chef français Eric Ripert, dont le restaurant phare de New York, Le Bernardin, se classe régulièrement parmi les meilleurs de la planète. Ripert signale une gaufre farcie à la mousse de foie gras, servie au barmini&mdashminibar&rsquos compagnon cocktail et snack lounge&mdashas une création Andrés qui l'a époustouflé. &ldquoLes gaufres ne sont pas censées être salées&rdquo, dit-il. &ldquoVos chances de succès avec cela sont presque nulles. Vous le voyez venir et vous vous dites, &lsquo Qu'est-ce que c'est ?&rsquo C'est plein de surprise.&rdquo

Dans une interview il y a quelques années, Andréacutes, qui est devenu citoyen américain en 2013, a déclaré qu'il parlait de ses ingrédients. Mais quand je lui demande s'il parle réellement à son ail, il me dit de ne pas le prendre au pied de la lettre. &ldquoSi vous êtes cuisinier et que vous ne comprenez pas l’histoire et la physique derrière l'eau, des tomates, il est très difficile pour vous de faire quoi que ce soit. Allez, parler aux ingrédients c'est juste, êtes-vous conscient de ce que vous avez entre les mains ? Êtes-vous plongé dans vos pensées ?&rdquo

Alors que les restaurants Andrés&rsquo ont pris de l'ampleur dans les années 1990 et que son profil a continué à augmenter&mdasha PBS show, Fabriqué en Espagne, par exemple, a fait ses débuts en 2008 et mdashhe s'est concentré sur la philanthropie. Il a prêté du temps et des ressources à D.C. Central Kitchen, un organisme de bienfaisance local qui non seulement nourrit les sans-abri et les résidents dans le besoin de la capitale, mais les forme également à trouver des emplois de cuisine. C'est en 2010 qu'il a visité Haïti à la suite du tremblement de terre de cette année-là et qu'il a fondé World Central Kitchen. &ldquoToute mon histoire avec lui a été de l'écouter et de dire, &lsquo&rsquo est fou&rsquo&rdquo, dit le fondateur de D.C. Central Kitchen, Robert Egger. &ldquoEnsuite, il le fait. À ce stade, s'il vient me voir et a une idée de cuisine intergalactique, j'aime, &lsquoF-cking A, c'est bien. J&rsquo à bord.&rsquo&rdquo

L'organisation a participé aux secours de l'ouragan Sandy en 2012 et en août 2017, Andrés s'est rendu à Houston pour aider à mobiliser les chefs après l'ouragan Harvey. Les travaux ont tous mené à l'ouragan Maria, qui a touché terre en septembre. &ldquoPuerto Rico était ce moment où il&rsquo, d&rsquo, il est temps de mettre en pratique tout ce que nous avons absorbé au fil des ans&rsquo,&rdquo dit Mook, directeur exécutif de World Central Kitchen. &ldquoNous avons vu la pure paralysie de la réponse du gouvernement. Nous avons réalisé que nous étions au bord d'une crise humanitaire. Nous avons dit, commençons quelque part. Laissez&rsquos commencer à cuisiner.&rdquo (Andrés est apparu sur la liste TIME&rsquos des 100 personnes les plus influentes au monde en 2012 et 2018.)

World Central Kitchen a compris qu'au lieu de compter sur des aliments emballés transportés par avion de l'extérieur & mdash & ldquomeals prêts à manger & rdquo (MRE) dans le langage de secours & mdashAndré & eacutes et son équipe peut puiser dans les chaînes d'approvisionnement existantes et les chefs locaux pour préparer des repas chauds. Au fur et à mesure que son profil s'est élargi, ses revenus sont passés d'environ 650 000 $ en 2016 à 28,5 millions de dollars en 2019, et l'organisation a désormais les moyens d'embaucher une aide locale et d'envoyer ses propres experts en opérations pour lancer l'économie alimentaire. Environ les deux tiers des revenus de World Central Kitchen 2019, soit 19,1 millions de dollars, provenaient de dons individuels, allant de gros dons de philanthropes (y compris de Marc et Lynne Benioff, propriétaires et coprésidents de TIME) aux enfants donnant 6 $ de leur allocation. L'ancien président Bill Clinton, dont la Clinton Global Initiative a soutenu World Central Kitchen, a déclaré que l'action empathique d'Andréacutes est plus cruciale que jamais en ces temps divisés. &ldquoSi vous passez plus de temps sur vos peurs que sur vos espoirs, sur vos ressentiments que sur vos compassions, et que vous divisez les gens, dans un monde interdépendant, de mauvaises choses vont arriver,&rdquo Clinton, qui a d'abord passé beaucoup de temps avec Andréautes en Haïti après le tremblement de terre, raconte TIME. &ldquoSi c'est tout ce que vous faites, vous n'aidez pas les personnes qui ont été victimes, laissées pour compte ou négligées. C'est un modèle ambulant de ce que devrait être le citoyen du 21e siècle.

Environ deux mois avant son voyage à Oakland, Andréacutes a piétiné un autre aéroport, à San Juan, la première personne à descendre de son vol en provenance de Washington, DC "Allez faire votre truc, chef", lui a dit un homme assis à une autre porte alors qu'il se dirigeait via le terminal. Un tremblement de terre de magnitude 6,4 avait ramené Andréacutes. Une voiture l'attendait pour l'emmener vers le sud, où les secousses ont endommagé des maisons et laissé des personnes affamées dormir sous des tentes. Alors que son trajet se précipitait à travers une montagne luxuriante et verdoyante de Porto Rico, Andrés a offert une classe de maître en multitâche, un moment en dirigeant les affaires de ThinkFoodGroup par téléphone&mdash&ldquo Je n'ai jamais vu l'affaire. J'ai besoin de voir l'accord avant de signer sh-t », a-t-il aboyé à un cadre et mdash dans un autre préparant ses employés de terrain World Central Kitchen pour son arrivée. "J'ai eu de bonnes et de mauvaises nouvelles", a-t-il dit à l'un d'eux. &ldquoLa mauvaise nouvelle, c'est que j'arrive …&rdquo

Travailler pour l'émoussé André n'est pas pour les âmes sensibles. D'autre part, le chaos d'une cuisine de restaurant se traduit par une zone sinistrée. Il se frotte souvent les yeux et tire sur sa barbe, avant d'exprimer sa frustration. « Je voudrais dire que vous mettez trop de nourriture sur un plateau », dit-il à quelques-uns de ses travailleurs à Porto Rico. &ldquoMais ça n'arrive jamais.&rdquo

Au cours de ses 36 heures à Porto Rico, Andrés a flippé dans une demi-douzaine de sites World Central Kitchen pour aider aux efforts d'alimentation, sur des terrains de baseball, une installation d'athlétisme et une petite cuisine intérieure dans la ville de Ponce, où les travailleurs ont préparé sandwichs au jambon et au fromage avec des boules de mayonnaise. (&ldquo les rend faciles à mâcher pour les personnes âgées,&rdquo Andrés.) À Peñuelas, le chef a partagé une conversation calme avec un opérateur de food-truck débordé que World Central Kitchen avait embauché, l'exhortant à changer le menu du dîner avant de la caresser sur le retour et départ pour son prochain arrêt. À Guayanilla, Andrée s'est couchée et a distribué des lampes solaires aux résidents effrayés qui dormaient dehors dans le noir. À Yauco, il a mélangé de la sauce à la viande dans l'une des poêles à paella géantes emblématiques de World Central Kitchen. Quelques jours après le tremblement de terre, l'opération Andrés&rsquo servait 12 000 repas par jour à Porto Rico.

Lors du vol matinal à destination de Fort Lauderdale, Andréacutes a remporté le titre de ronfleur le plus bruyant à bord. Il s'était levé tard la nuit précédente, savourant quelques bouffées de sa boisson de prédilection, le rhum aigre, au restaurant San Juan dont le chef homonyme, Jose Enrique, avait ouvert les portes de sa cuisine à Andréa après Maria. Et il s'était réveillé ce matin-là pour une interview à la radio avant le vol. En Floride, il prendrait une charte privée à destination de l'ouragan Dorian et a endommagé Marsh Harbour aux Bahamas, où des voitures évidées se trouvent toujours au bord de la route et où il ne reste qu'un poêle là où se trouvait autrefois une cuisine dans la plupart des maisons. Bien que l'ouragan ait frappé plus de trois mois plus tôt, World Central Kitchen était toujours très présent : Andréautes est fier que son équipe ne se contente pas de sauter en parachute. Ils restent dans les parages.

Andréacutes a fait du porte-à-porte, distribuant quelque deux douzaines de repas chauds, continuant ses livraisons bien après la tombée de la nuit. Par la suite, il a été vraiment blessé que quelques-uns de ses secouristes soient trop anéantis pour le rejoindre pour le dîner et quelques verres. Il fit de nouveau une sieste sur le chemin du retour à l'hôtel et sa tête oscilla avec une telle force qu'elle semblait en danger de s'effondrer au sol. Mais une fois à l'hôtel, il a voulu rester debout un peu plus longtemps, siroter un whisky irlandais sur la plage et regarder les étoiles.

Peut-être qu'Andréacutes s'écrase si fort parce qu'il vit dans un mouvement perpétuel, agissant souvent par impulsion. Ses &ldquoplans&rdquo méritent des guillemets. Il crie, "Laissez-vous aller", de sa voix tonitruante, puis reste dans les parages pendant encore une heure, prenant des photos, trimballant une caisse de pommes pour aider à nourrir les gens, parlant à n'importe qui à portée de voix. Après avoir quitté le bateau de croisière à Oakland, Andréacutes et son équipe devaient se cacher dans une chambre d'hôtel de San Francisco pour comprendre leur stratégie pour nourrir l'Amérique à la suite de COVID-19. Un membre du personnel a travaillé les téléphones pour réserver une salle de conférence. D'abord, cependant, un déjeuner spontané a été interrompu : Andréacutes a emmené cinq employés dans un restaurant chinois préféré, qui était presque vide à cause des craintes de coronavirus, pour des tas de dim sum. Puis Andréacutes a déclaré qu'il voulait déplacer la réunion dans un parc. Ensuite, au lieu de s'accroupir dans l'herbe, Andréacutes a décidé que tout le monde, y compris lui-même, devait trouver un coiffeur pour se raser la barbe et raccourcir ses cheveux après qu'un utilisateur des médias sociaux ait souligné que les poils du visage peuvent réduire l'efficacité des masques N95 World Central Les employés de cuisine portaient. Andréacutes, qui était resté debout jusqu'à au moins 2 heures du matin sur la côte est avant de prendre son vol transcontinental tôt le matin, s'est évanoui dans le fauteuil du barbier, de la crème à raser étalée sur son cou.

Ce qui ressemble à une approche écervelée peut fonctionner dans la gestion d'une crise : lors d'une visite aux Bahamas, Andrés était en contact constant avec son équipe à Porto Rico, où un autre tremblement de terre de magnitude 6,0 a frappé après son départ. Mais les relations humaines, c'est autre chose. S'il tourne au ralenti sur Twitter lorsque vous demandez son attention, cela peut être grinçant. &ldquoIl&rsquos le sel dans ma vie parce qu'il apporte vraiment la couleur et la saveur,&rdquo dit Andrés&rsquo épouse Patricia, qui est également originaire d'Espagne, elle l'a rencontré à D.C. dans les années 1990. &ldquoMais parfois, j'ai envie de le tuer, d'accord ? Ne me comprenez pas mal. Ou jetez-le par la fenêtre.»

Andréacutes est parfois tellement dans sa tête et en mission, il est inconscient de son environnement. Il ouvre une portière de voiture avant que le véhicule ne s'arrête complètement. Il a l'habitude de tourner en rond, de regarder droit devant lui, lors d'appels téléphoniques importants : à Marsh Harbour, une voiture entrant dans un magasin de plats à emporter a failli le heurter. À Ponce, tout en montrant à quelqu'un l'angle approprié sous lequel il voulait prendre une photo de laitue poussant dans une serre, il s'est appuyé contre un rail et a presque pris une partie de la récolte.

Mais une tendance à la distraction dément sa concentration intense sur tout ce qu'il essaie d'accomplir. Andrés joue pour gagner. La veille du NBA&rsquos All-Star Celebrity Game en février, je l'ai rejoint pour une séance d'entraînement au gymnase de la National Basketball Players Association à New York. Son ami José Calderón, un ancien joueur espagnol de la NBA, travaille comme assistant spécial du directeur exécutif du syndicat. Lors d'un match à 3 contre 3, Andréacutes m'a fait une faute avec ses épaules, essayant à peine de bouger ses pieds. Il s'avère qu'il a utilisé des tactiques similaires en jouant avec ses filles dans l'allée de leur maison à Bethesda, dans le Maryland. "Nous avions 10, 12 ans, et il ne s'en souciait pas", dit sa fille aînée Carlota, 21 ans. &ldquoIl serait expulsé de mes jeux plusieurs fois&rdquo, dit Carlota. &ldquoJe pense que ça a commencé quand j'étais en deuxième année.&rdquo

Il apporte à la fois humeur et tendresse. "Je deviens très anxieux", a-t-il dit d'une voix élevée à l'un de ses secouristes au téléphone à Porto Rico. "Peut-on pour une fois apparaître au même moment et au même endroit … Avons-nous le contrôle, ou n'avons-nous pas le contrôle ?" Mais il dira plus tard à son équipe à quel point il est fier d'eux, ou à quel point il les aime. Quand il a eu vent que ses camarades de classe disaient à la fille de 9 ans de l'un de ses employés qu'elle pourrait attraper un coronavirus parce que son père travaillait près du bateau de croisière, Andréeacutes a attrapé le téléphone de son collègue et a enregistré un message vidéo pour elle et ses deux plus jeunes. Fratrie. &ldquoVotre papa est un héros, point final,&rdquo Andrés, s'étouffant légèrement. &ldquoAlors ne vous inquiétez pas, votre papa va bientôt rentrer à la maison et il va prendre soin de vous tous. Et je veux seulement que tu sois super fier de ton père.&rdquo

Aux Bahamas, une femme a crié à Andréacutes depuis sa voiture et a simplement joint les mains, comme si elle était à l'église, c'était sa façon de lui dire qu'elle était une bénédiction. Sur le chemin de son bureau à D.C. en février, une Japonaise s'est arrêtée pour le remercier d'avoir nourri les passagers des navires de croisière amarrés à Yokohama. Et alors qu'il traversait le centre-ville de San Francisco en fumant un cigare, une femme s'est approchée de lui avec précaution pour lui dire qu'elle avait fait un don à World Central Kitchen et que c'était un honneur de le rencontrer. Elle s'éloigna alors sur la pointe des pieds, comme si elle venait de déranger l'air rare.

Sa décision de se rendre à San Francisco&mdash où l'un de ses employés portait une combinaison de protection contre les matières dangereuses alors qu'il conduisait le chariot élévateur de nourriture jusqu'au bateau de croisière&mdashdidn&rsquot a beaucoup de sens pour moi. L'équipe de World Central Kitchen gérait très bien l'alimentation. La mission touchait à sa fin. D.C. allait servir de centre de commandement de Chefs for America pour lutter contre la faim causée par les perturbations du COVID-19. Alors, pourquoi l'homme qui dit qu'il « veut prendre l'initiative de nourrir l'Amérique » après l'épidémie risquerait-il de tomber malade ou de se retrouver cloué au sol, à 2 500 milles de son port d'attache ?

Cette ligne d'enquête l'agace. &ldquoSh-t, je veux être avec les gars pour le voir et remercier,&rdquo dit Andrés sur le vol vers l'ouest. &ldquoQuelle question poser. Comme, pourquoi diable vous mariez-vous?&rdquo Dans la cuisine de l'Université de San Francisco, un chef qui a travaillé sur des missions précédentes de World Central Kitchen s'illumine lorsqu'elle aperçoit Andrés. Ils échangent un câlin. Andrés me tourne. &ldquoVous me demandez pourquoi je viens,&rdquo dit-il. &ldquoC'est quoi le bordel ? Qu'est-ce qui ne va pas chez vous ? & rdquo

Andrés a quelque chose en commun avec son copain Clinton : il a soif de se connecter avec les gens. Son visage public et mdashyukking Le Late Show avec Stephen Colbert, gonfler World Central Kitchen sur les réseaux sociaux, prononcer des discours en plein essor devant un public qui s'accroche à chaque mot&mdash lui a valu une réputation de défenseur infatigable de l'humanité. Mais il ne se sent pas toujours aussi frais lui-même. Lors du vol Floride-Bahamas en janvier, Andréeacutes a finalement mis de côté son téléphone, s'est allongé et a admis que les attentes de nourrir le monde et de gérer une trentaine de restaurants lui pèsent. Au cours des dernières années, ses deux parents sont décédés. Son bon ami Anthony Bourdain s'est suicidé. Deux de ses filles sont parties pour l'université. &ldquoVous vous réveillez le matin et vous aimez, oooof,&rdquo dit Andrés. Parfois, il a envie de rester au lit. &ldquoTout cela se passe devant vous et vous avez l'impression de perdre le contrôle.&rdquo

Il doit également se battre pour entrer trop profondément. &ldquoMa plus grande inquiétude est que le rêve de nourrir le monde me pèse et devienne presque écoeurant,&rdquo Andrés dit. &ldquoVous en devenez totalement obsédé. Vous êtes en train de dîner quelque part et vous vérifiez votre téléphone. Y a-t-il eu un tremblement de terre ? Que se passe-t-il en Syrie ? Qu'est-ce qui s'est passé là-bas, comment ne sommes-nous pas là ? J'ai une entreprise à gérer. J'ai une famille. Je ne peux pas disparaître de la vie des autres qui ont aussi besoin de moi.»

Patricia se souvient que son mari s'est réveillé un matin anxieux il y a environ trois ans, avant l'ouragan Maria, alors qu'il était déjà un célèbre chef primé. &ldquoIl&rsquos comme, Qu'est-ce que je vais faire de ma vie ?&rdquo dit-elle. &ldquoEst-ce que j'en fais assez ? Je ne fais rien. Il exprime toujours de tels sentiments. "Il ne regarde pas ce qu'il a fait", dit-elle. &ldquoIl regarde ce qu'il lui reste à faire.&rdquo

Ses proches craignent que tout le travail ne l'épuise. &ldquoJ'aimerais qu'il puisse perdre du poids et se remettre en forme&rdquo, dit Patricia. Cette nomination au prix Nobel de la paix et l'adoration mondiale sont belles et tout : imaginez, lui dit-elle en plaisantant, ce qu'il pourrait faire s'il était en meilleure forme.

« La seule chose qui m'inquiète, c'est que je ne pense pas qu'il passe suffisamment de temps à s'occuper de José », dit Clinton. &ldquoIl travaille beaucoup. Je ne veux pas qu'il s'épuise. Je ne veux pas qu'il tombe mort un jour parce qu'il a une crise cardiaque, parce qu'il n'a jamais pris le temps de faire de l'exercice, de se détendre et de faire ce qu'il doit faire. C'est un trésor. C'est un trésor national pour nous, et un trésor mondial maintenant.C'est vraiment l'une des personnes les plus spéciales que j'aie jamais connues.

Andréacutes repousse tous les appels à mincir : il insiste sur le fait qu'il court 325 jours par an. Il admet, cependant, que la souffrance qu'il a vue de près sur les scènes de catastrophe et les cadavres, les personnes âgées dormant dans des lits souillés, les personnes affamées mangeant des racines et buvant de l'eau sale lui fatiguent l'esprit. Pour y faire face, il se tourne parfois vers ce qu'il appelle une « pensée étrange » pour se consoler. L'idée est que, comme de plus en plus de catastrophes climatiques frappent inévitablement les mondes développés et sous-développés, les pauvres dans des endroits comme les Bahamas et Porto Rico peuvent au moins être mieux équipés pour faire face. &ldquoCela me donne un peu de bonheur étrange uniquement dans le sens où je dis : Vous savez une chose ? Peut-être que la vie les prépare à un pire moment », dit Andréacutes. &ldquoEt en fait les plus forts survivront et ce n'est pas moi, ce n'est pas nous, c'est eux.&rdquo

Pendant ce temps, Andrés promet que World Central Kitchen continuera à se développer. Le partage du temps entre l'association et ses restaurants n'avait pas nui aux affaires avant la fermeture de COVID-19. Au contraire, les revenus ont doublé au cours des deux dernières années, en grande partie grâce à l'ouverture de Mercado Little Spain, le marché alimentaire du complexe Hudson Yards de Manhattan, bien que la bonne volonté d'Andréacutes a gagné à travers World Central Kitchen et sa notoriété croissante ont également aidé. Andrés pense que World Central Kitchen, à 10 ans, en est encore à ses balbutiements. Lui et son équipe apprennent au fur et à mesure, et il est convaincu qu'avec COVID-19 menaçant le mode de vie familier des Américains, World Central Kitchen réussira son plus grand test à ce jour.


Comment obtenir une table à é par José Andrés à Las Vegas

é est l'un des trois restaurants du prolifique chef et restaurateur José Andrés – les autres sont SAAM à Los Angeles et Minibar à Washington, DC – cela pourrait être qualifié d'expérience exclusive et intime. Installé dans le plus grand restaurant Jaleo de l'hôtel Cosmopolitan, il s'agit d'un bar de huit places dans lequel une équipe de chefs élabore un menu progressif qui dépasse souvent vingt plats. Sans surprise, il est un peu difficile d'attraper l'un de ces endroits. Ici, directeur général Michel Ploetz discute des meilleures façons d'entrer, et José Andrés parle de la philosophie derrière le restaurant.

Michael Ploetz, directeur général

Pouvez-vous nous passer par votre système de réservation ?
Notre processus de réservation semble compliqué mais il est en fait très simple. Nous prenons les réservations par e-mail un mois à compter de la date, à 12h00 PST. Ils sont pris dans l'ordre où ils sont reçus.

Combien de temps faut-il pour obtenir une réponse ?
En règle générale, nous avons tendance à répondre aux personnes dans les 48 heures. Notre bureau de réservation est ouvert cinq jours par semaine et est fermé les lundis et mardis. Tout est démocratique dans la mesure où il s'agit d'ordre et de date, tout simplement.

Combien de demandes recevez-vous ?
Ces trois derniers mois, nous avons vu le volume des réservations augmenter assez rapidement. Maintenant, nous semblons réserver une journée complètement dans les dix jours suivant son ouverture. En règle générale, une journée est remplie une semaine à dix jours à partir de là. Nous recevons de nombreuses demandes tout au long du mois pour cette date, généralement, et nous essayons de travailler avec les arrangements de voyage des gens ici à Vegas.

En d'autres termes, si le client donne au restaurant une plage de dates, vous travaillerez avec lui ?
Correct. Cela peut être un peu un va-et-vient avec les invités. Si un invité demande une date particulière et que nous n'avons pas de disponibilité, nous proposerons d'autres horaires et verrons si nous pouvons trouver quelque chose. Les gens nous envoient souvent toutes les dates auxquelles ils arrivent, et nous essayons de trouver une solution. Nous arrivons généralement à une résolution, malgré la petite taille du restaurant.

Et pourquoi n'y a-t-il qu'un mois, contrairement à d'autres restaurants exclusifs qui ont de plus grandes fenêtres ?
C'était la vision de José. Si c'est dans trois mois ou quelque chose comme ça, les réservations sont prises tout de suite. C'est le cas d'un endroit comme Next, à Chicago par exemple. Nous essayons de limiter un peu cela afin que les gens n'aient pas à planifier de manière aussi sauvage. Je pense que les gens qui veulent entrer peuvent entrer et n'ont pas à planifier autant à l'avance.

Pourquoi e-mail?
Lorsque nous avons ouvert le restaurant ici - le minibar est la comparaison la plus proche - nous l'avons fait de manière organique. Nous n'avons pas fait de presse et nous voulions vraiment que cela se développe de manière organique. Nous voulions que les invités passent le mot, et c'était l'idée de José. Donc, avec cela, la décision a été prise de faire les choses par e-mail afin que nous puissions interagir avec les invités et savoir que les gens planifieraient à l'avance. Nous voulions développer une relation par e-mail et dialoguer un peu plus.

Du côté des opérations, c'était aussi pour que nous puissions suivre toutes les communications et avoir un enregistrement de tous les invités qui ont été avec nous. Au début, cependant, il s'agissait de déterminer ce qui était le mieux pour le marché de Vegas. Je ne sais pas si ça va toujours rester comme ça, mais pour l'instant, c'est un système démocratique.

Vous pouvez abandonner l'e-mail?
Il y a d'autres idées auxquelles nous réfléchissons, mais pour l'instant, c'est ce qui fonctionne le mieux. C'est beaucoup mieux de recevoir un e-mail et d'y répondre de manière réfléchie, par opposition à un appel téléphonique, où cela devient un peu plus difficile à la volée. Nous réfléchissons à la manière de développer cela à l'avenir.

Faites-vous déjà un walk-in?
Bonne question. Il y a de rares circonstances où les gens sont malades ou ils ont abusé de Vegas, et pour la plupart, cela se traduit par une ouverture ou plus au bar. Nous avons eu quelques-uns de ces cas, alors nous avons de temps en temps un siège ouvert. Il peut être difficile d'avoir un seul convive pour occuper ce siège. Le défi, cependant, est que le menu est fixe et que nous devons tenir compte des allergies et des préférences. Tous ces plats sont approuvés par José, qu'ils soient régulièrement présentés ou en substitution. Par exemple, ce soir (Saint-Valentin), il y a quelques sièges pleins. Mais, pour la plupart, nous sommes remplis à environ 98%.

Quelle est la politique de liste d'attente?
Nous gardons une trace des personnes que nous refusons sur les systèmes de courrier électronique. Ainsi, si quelqu'un ne revient pas vers nous pour confirmer une réservation dans le délai de 48 heures que nous lui accordons ou demande à être mis sur liste d'attente, nous le ferons et l'aborderons de manière démocratique et ordonnée.

Enfin, pouvez-vous donner une réponse succincte à ceci : quelle est, selon vous, la meilleure façon d'entrer dans le restaurant ?
Le meilleur moyen est très simple : à 12 h 00 HNP, à un mois de la date à laquelle vous souhaitez dîner, envoyez-nous un e-mail et il y a de très bonnes chances que vous rentriez. C'est encore mieux lorsque vous nous envoyez un fenêtre de dates afin que nous puissions travailler avec vous.


[Photo : GEFP]

José Andrés, Chef et Propriétaire

Eater : Je voulais que vous réfléchissiez un peu à la notion d'exclusivité, que vous avez évoquée dans une précédente interview avec nous.
J'adorerais si é était un plus grand restaurant, et il en va de même pour SAAM et Minibar. Mais ce que je fais là-bas ne le permet pas. Je le dis aussi modestement que possible - j'aimerais vraiment pouvoir.

La seule chose que j'aime dans son exclusivité, très franchement, c'est que les gens ont tendance à l'apprécier beaucoup plus une fois sur place. Ce qui est bien, c'est que cela lui donne une certaine valeur et crée de l'excitation, mais le problème est bien sûr qu'il faut répondre à des attentes qui peuvent être incroyablement élevées. Je ne m'inquiète pas trop pour ça, puisque nous nous assurons d'y mettre beaucoup de soin et d'amour.

Vous envoyez aux invités un ticket d'or qui indique une heure de spectacle avant leur visite. Considérez-vous les restaurants comme celui-ci comme du théâtre ?
Je pense que les restaurants comme é et Minibar sont des endroits où vous vous préparez à dîner d'une certaine manière. elBulli était comme ça à son époque, tout comme Alinea de Grant Achatz. C'est une bonne chose, l'idée que vous planifiez avant de partir.

Honnêtement, je crois que les restaurants sont l'industrie du divertissement du 21e siècle, et qu'aller dîner, c'est comme aller voir une pièce de théâtre ou un spectacle. L'invité est à bien des égards un acteur et le restaurant est la scène. C'est très important à considérer lorsque vous et vos chefs accordez autant d'attention à votre travail. C'est très important, car sans les invités, il n'y a pas de dialogue. Et puis il y a la nourriture, qui est le scénario.

j'ai toujours été fan de Willy Wonka, et c'est vraiment ma petite chocolaterie où les gens peuvent venir essayer nos créations, qui sont faites avec beaucoup d'amour et d'attention. Ce n'est pas quelque chose que nous décidons de mettre en place le jour de à 18 heures. Je veux que les gens viennent en espérant vivre un peu d'émerveillement, et c'est pourquoi nous avons le ticket d'or.

En d'autres termes, vous ne voulez pas que ce soit une expérience de va-et-vient où quelqu'un entre et se nourrit.
Tu sais, je suis ouvert, et chacun peut penser ce qu'il veut. Mais je pense que cuisiner dans certaines circonstances, c'est comme aller voir son groupe préféré. Vous pouvez écouter quelque chose dans la voiture, vous pouvez écouter quelque chose sur votre iPod, mais il n'y a rien de tel que de l'écouter et de le voir en direct. Je veux travailler plus que tout pour que les gens viennent avec un esprit ouvert, avec le désir de profiter et avec un peu de la mentalité qu'ils ont quand ils pourraient voir un spectacle.


Voir la vidéo: Suspense: Crime Without Passion. The Plan. Leading Citizen of Pratt County


Commentaires:

  1. Darryl

    Ta phrase est juste géniale

  2. Lise

    C'est pas possible

  3. Zacchaeus

    Aussi bien que possible!

  4. Meliadus

    Écrivez-moi dans PM, parlez.

  5. Mikall

    Il lui ressemble.

  6. Akinris

    Je suis vraiment désolé de ne pas pouvoir vous aider avec quoi que ce soit. Mais je suis sûr que vous trouverez la bonne solution.



Écrire un message